Une ancienne usine, fermée en 1990, a rouvert ses portes en 2015 sous une nouvelle forme : une résidence lumineuse et confortable de 54 logements neufs. Géré par Indwell, un organisme caritatif local, Harvey Woods Lofts est un ensemble de logements abordables offrant un certain degré d’autonomie à des personnes à faible revenu qui vivent avec une maladie mentale ou un handicap et qui ont besoin de soutien dans leur quotidien.

Pour lancer le projet de conversion, l’organisme a obtenu une subvention à titre de financement initial auprès de la Société canadienne d'hypothèques et de logement. « Cette aide a été cruciale durant les premières étapes. Elle nous a permis de faire faire les dessins conceptuels et les plans, pour ensuite obtenir les approbations de financement. Le financement initial a été le catalyseur », a expliqué Jeffrey Neven, directeur exécutif d’Indwell. L’organisme a également reçu 726 000 $ des gouvernements fédéral et provincial dans le cadre de l’Entente Canada - Ontario concernant l’investissement dans le logement abordable.

Pour des résidents comme Dennis, ce nouvel ensemble est la promesse d’une vie meilleure : « J’étais sans-abri; je dormais parfois dans la rue, parfois chez des gens, sur leur divan. Maintenant, je reprends ma vie en main. Harvey Woods me donne la possibilité d’avoir mon propre appartement; je n’aurais pas pu me payer un logement autrement. »

Dennis est très heureux de son nouveau chez-soi : « J’ai tout de suite aimé l’appartement – dès que j’y suis entré, je me suis senti chez moi. » Il aime particulièrement les éléments antiques de l’usine qui ont été préservés dans le nouvel immeuble. Il apprécie beaucoup aussi les nombreuses commodités qui sont mises à la disposition de tous les résidents : salle d’ordinateur, salle d’exercice, cuisine communautaire. Avec ses aptitudes pour la cuisine et l’informatique, Dennis dit qu’il aura la chance d’aider les autres à son tour. « J’ai beaucoup reçu durant la dernière année, maintenant c’est à mon tour de donner », a-t-il dit.

Une autre résidente, Maxine, a quitté Guelph pour s’établir à Woodstock afin de se rapprocher de sa famille et de recevoir l’aide de sa fille pour se remettre d’une chirurgie aux jambes. Sa fille l’a accueillie et soutenue, mais elles étaient vraiment à l’étroit chez elle. « Je dormais sur le divan; j’avais l’impression de vivre dans ma valise », se souvient Maxine.

Les loyers du marché étant trop élevés pour elle, Maxine était heureuse à l’idée de pouvoir obtenir un logement abordable dans l’ensemble Harvey Woods Lofts. « Ça m’aide énormément, dit-elle. Je suis capable de payer mon loyer et de me faire une petite épicerie. Le plus important pour moi, c’est de payer mon loyer à temps. Avoir un loyer abordable me permet de faire d’autres choses. »

La nouvelle résidence répond non seulement aux besoins des personnes, mais aussi à toute une gamme de besoins dans la collectivité, selon M. Neven.

« C’est plus qu’un ensemble de logements. Derrière, il y a toute une stratégie de conception destinée à améliorer la qualité de la vie. Par exemple, la salle de lavage comporte des fenêtres sur trois côtés, ce qui évite aux personnes souffrant d’un traumatisme de s’y sentir oppressées, et l’isolation acoustique entre les appartements aide les personnes souffrant de schizophrénie. Notre objectif est de créer un milieu de vie pour les personnes qui recherchent la santé, le bien-être et le sentiment d’appartenance. C’est en intégrant tous ces aspects que l’on peut créer une véritable communauté », a-t-il déclaré.

Date de publication : 31 mars 2018