• Vérifier la surface de plancher et les limites du logement et s’assurer que la quote-part est raisonnable.
  • Demander s’il est permis de modifier l’emplacement des cloisons, des fenêtres et des portes et quel en serait le coût.
  • Demander si le bâtiment ou le logement sera accessible à une personne à mobilité réduite.
  • Vérifier s’il est prévu de réduire la hauteur des plafonds en certains endroits du logement.
  • Vérifier comment le logement sera chauffé, climatisé et ventilé et où seront placés l’équipement de chauffage et de climatisation, les ventilateurs et le chauffe-eau.
  • Demander au promoteur s’il a pris des mesures pour atténuer le bruit et les odeurs, si l’immeuble comporte des caractéristiques environnementales et s’il est possible de choisir les revêtements, les meubles intégrés et les appareils.
  • Vérifier auprès du promoteur et de la municipalité si des projets de construction sont prévus dans les environs.
  • Déterminer clairement ce qui est inclus dans le prix d’achat et ce qui ne l’est pas, pour pouvoir comparer les coûts totaux avec ceux d’autres logements en copropriété.
  • Déterminer si les charges mensuelles sont réalistes, ce qu’elles comprennent et quand elles sont susceptibles d’augmenter.
  • Chercher à savoir s’il y a des coûts « cachés », comme des baux à long terme sur des appareils du bâtiment, qui seront transférés aux propriétaires.
  • Vérifier si le logement est couvert par un programme de garantie des maisons neuves et vérifier la portée de la garantie.
  • Évaluer du mieux possible si les travaux de construction seront terminés à la date inscrite dans le contrat d’achat avant de préparer le déménagement et de prendre des arrangements financiers.
  • Demander au promoteur de remettre un « document déclaratoire » si la loi de la province ou du territoire l’exige pour que le contrat de vente soit exécutoire.
  • Vérifier si le contrat d’achat permet au promoteur de repousser la date d’occupation des logements et si la loi de la province ou du territoire confère des droits à l’acheteur dans le cas où la date d’occupation convenue n’est pas respectée.
  • Consulter l'avocat ou le notaire avant de signer quelque document que ce soit.

Découvrez du contenu connexe en utilisant les mots-clés suivants :

Date de publication : 31 mars 2018