Les besoins impérieux en matière de logement permettent de déterminer qui pourrait avoir besoin d’aide

Les besoins impérieux en matière de logement sont un indicateur en deux étapes qui aide à déterminer qui pourrait avoir besoin d’une aide au logement. Il est utilisé au Canada depuis les années 1980.

Évaluer si un ménage a des besoins impérieux en matière de logement se fait en 2 étapes :

  1. Le ménage occupe-t-il un logement acceptable?
  2. A-t-il un revenu avant impôt suffisant pour se payer un logement acceptable dans sa localité?

Les besoins impérieux en matière de logement permettent d’accorder la priorité aux populations vulnérables. Cet indicateur nous fait voir au-delà de la situation actuelle des résidents, pour évaluer leur capacité à améliorer leur situation. Il détermine si les résidents ont le potentiel de résoudre eux-mêmes la situation.

Il y a besoins impérieux en matière de logement lorsque :

  1. le logement exige des réparations majeures et les résidents n’ont pas les moyens d’emménager dans un logement en bon état dans leur collectivité;
  2. le nombre de chambres est insuffisant et les résidents n’ont pas les moyens de déménager;
  3. le logement actuel est trop cher pour la capacité financière des résidents et ces derniers sont incapables de déménager dans un logement abordable dans leur collectivité.

L’évaluation des besoins impérieux en matière de logement porte sur les ménages habitant une résidence privée. Elle exclut les fermes et les réserves. Elle ne vise pas non plus les ménages propriétaires ou locataires ayant un revenu inférieur à zéro ou un rapport frais de logement-revenu de 100 % ou plus.

L’indicateur des besoins impérieux en matière de logement a été créé par la SCHL en consultation avec les provinces et les territoires.

Environ 1,7 million de ménages canadiens (sur 13,4 millions) avaient des besoins impérieux en matière de logement en 2016.

Découvrez du contenu connexe en utilisant les mots-clés suivants :

Date de publication : 14 août 2019