Nous sommes un organisme public qui représente toute la population canadienne. Pour le faire efficacement, nous utilisons l’approche d’analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) dans nos politiques et nos programmes.

À l’automne 2017, nous avons fait réaliser un sondage en ligne auprès de chercheurs et de professionnels du logement. Nous leur avons demandé : comment l’analyse comparative entre les sexes peut-elle éclairer la planification, la conception, l’aménagement, la construction et l’évaluation des logements abordables?

Le sondage : opinion de 375 répondants

Le sondage a été rempli par 375 répondants, dont 44 avec qui nous avons fait un suivi. Les résultats ont été combinés à une analyse documentaire que nous avions effectuée au préalable. Le résultat global montre comment les logements actuels répondent aux besoins des femmes et des personnes LGBTQ+.

Plus précisément, nous cherchions à obtenir :

  • les leçons tirées des logements conçus spécialement pour les femmes ou les membres de la communauté LGBTQ+;
  • des idées d’améliorations à apporter à cet égard aux politiques et programmes du gouvernement;
  • des façons d’encourager ou d’améliorer le logement pour les femmes vulnérables et les personnes LGBTQ+.

Les conclusions : besoin de services de soutien pour les femmes et les personnes LGBTQ+

Selon la majorité des répondants (72 %), les ensembles résidentiels pour femmes ou personnes LGBTQ+ sont plus ou moins réussis ou très réussis. Cependant, il existe des besoins supplémentaires liés à certains problèmes, dont la violence familiale et l’itinérance. Des services de soutien sont nécessaires aussi pour les problèmes de santé mentale, les handicaps et la garde des enfants, entre autres.

Autres conclusions importantes :

  • Le système canadien répond à la plupart des besoins de logement des femmes et des membres de la communauté LGBTQ+. Il sert toutes les personnes équitablement, et des politiques existent pour résoudre les problèmes d’abordabilité.
  • De grands volets des programmes de logement, dont la planification et la consultation sur la conception, exigent de l’attention.
  • Certains aspects pourraient être mieux abordés par une approche axée sur le sexe : l’accès au logement, la sécurité physique et la discrimination en matière de logement.
  • Selon certains répondants, les ensembles tenant compte spécifiquement des identités de genre répondent plus efficacement aux besoins des femmes ou des personnes LGBTQ+.
  • D’autres répondants appellent à la prudence dans la revendication d’un statut « unique » pour les femmes et les personnes LGBTQ+. Ils font plutôt valoir l’importance de collectivités inclusives pour toutes les personnes vulnérables ou à faible revenu.

Comment utilisons-nous l’ACS+?

L’ACS+ reconnaît que les expériences des gens sont façonnées par de multiples facteurs. Elles dépendent de leur identité, du contexte dans lequel ils évoluent et de leur réalité.

Notre but est d’aider les Canadiens à répondre à leurs besoins de logement. Dans cette optique, nous évaluons l’incidence potentielle de nos activités et initiatives au moyen de l’ACS+. Cette approche nous permet de produire des résultats pour la population canadienne dans la plus grande équité possible.


Découvrez du contenu connexe en utilisant les mots-clés suivants :

Date de publication : 19 septembre 2019