Dans l’Enquête canadienne sur l’incapacité de 2012, environ 3,8 millions de Canadiens d’au moins 15 ans ont déclaré avoir une incapacité. Cela représentait presque 14 % de la population dans ce groupe d’âge. La SCHL analyse les données de l’enquête dans un numéro de Recherche en action sur les conditions de logement des personnes ayant une incapacité. On y lit que ces dernières seraient 60 % plus susceptibles d’avoir des besoins impérieux en matière de logement que les autres.

Voici d’autres constatations importantes :

Renseignements généraux

  • En 2012, 549 500 personnes handicapées (15,3 %) vivaient dans un ménage éprouvant des besoins impérieux en matière de logement. Le nombre de personnes sans incapacité était : 2 082 700 (ou 9,2 %).
  • Parmi les personnes habitant un logement subventionné, la fréquence des besoins impérieux de logement était : 42,3 % chez les personnes avec une incapacité, 34,1 % chez les personnes sans incapacité.

Région géographique

  • La plus faible proportion de personnes handicapées ayant des besoins impérieux de logement a été enregistrée à l’Île-du-Prince-Édouard (11 %). La plus forte a été enregistrée au Nunavut (41,9 %).

Mode d’occupation

  • Seulement 7,5 % des personnes handicapées qui vivaient dans un ménage propriétaire avaient des besoins impérieux de logement. C’était le cas de 34,2 % de celles qui faisaient partie d’un ménage locataire.

Âge

  • Les personnes handicapées de 35 à 44 ans étaient les plus susceptibles d’appartenir à un ménage ayant des besoins impérieux (26,6 %). Elles étaient suivies par les personnes handicapées de 15 à 24 ans (19,0 %).
  • Pour les personnes sans incapacité des mêmes groupes d’âge, les chiffres étaient 9,6 % et 11,7 %, respectivement. La plus faible proportion de personnes handicapées vivant dans un ménage ayant des besoins impérieux (10,8 %) s’observait chez les 65 à 74 ans.

Sexe

  • Les femmes ayant une incapacité étaient surreprésentées dans les ménages éprouvant des besoins impérieux de logement. Elles étaient environ 16,9 % à faire partie d’un tel ménage, contre 13,2 % des hommes ayant une incapacité.

Type d’incapacité

  • Les incapacités liées à la douleur, à la souplesse et à la mobilité étaient les plus courantes. C’était le cas, peu importe l’appartenance à un ménage ayant des besoins impérieux de logement.
  • La prévalence d’une incapacité (sauf la déficience auditive) était plus élevée parmi les personnes ayant des besoins impérieux de logement que parmi les autres.


Date de publication : 23 août 2018