Le Marché sous la loupe – Ontario

L’évolution du prix des habitations influence beaucoup la stabilité financière et économique. Nous en avons eu la preuve lors de la dernière récession, qui a débuté aux États-Unis en 2008 et s’est propagée à d’autres pays.

Ces dernières années, la croissance des prix des habitations a nettement dépassé les moyennes historiques dans certains grands centres de l’Ontario. Cela a entraîné une surévaluation1. Autrement dit, les prix ont dépassé les facteurs fondamentaux, comme la population, le revenu et les taux d’intérêt.

La résidence principale représente environ 40 %2 de l’actif des ménages ontariens. De plus, ceux-ci ont emprunté en utilisant la valeur nette de leur habitation. Les soldes des marges de crédit hypothécaires ont d’ailleurs augmenté ces dernières années. Une chute des prix pourrait donc avoir des effets négatifs importants sur les systèmes économiques et financiers de l’Ontario.

Dans ce Marché sous la loupe, la SCHL se penche sur les prix des habitations en Ontario. Plus précisément, nous cherchons à répondre à cette question : les prix des logements en Ontario sont-ils dans une phase de correction ou d’effondrement? Aux fins du rapport, une période d’effondrement ou de chute des prix se définit comme une correction importante :

  • qui dure au moins 4 
  • où la baisse cumulative des prix corrigés de l’inflation est d’au moins 10 %.

Dans ce rapport, nous utilisons des indicateurs fondamentaux et techniques pour en arriver à notre conclusion. Les indicateurs fondamentaux comprennent :

  • l’étape du cycle économique;
  • la croissance des revenus;
  • la population;
  • les taux d’intérêt;
  • l’équilibre entre l’offre et la demande.

Les indicateurs techniques sont des outils permettant de prévoir l’évolution future des prix uniquement à l’aide des fluctuations historiques des prix.

1 SCHL, Évaluation du marché de l’habitation, premier trimestre de 2018
2 Statistique Canada, Enquête sur la sécurité financière, 2016



Date de publication : 14 juin 2018