L’Enquête auprès des emprunteurs hypothécaires comprenait de nouvelles questions en 2018. Nous souhaitions aider les conseillers en prêts hypothécaires à mieux comprendre les choix des Canadiens en matière de financement de l’habitation. Voici un aperçu des principales constatations de l’Enquête 2018 que vous devez connaître.

On observe des différences mineures entre les clients qui achètent, refinancent et renouvellent un prêt à l’habitation.

  • La plupart des prêts achat et de refinancement comportaient les mêmes modalités : prêt hypothécaire seulement, taux fixe, renouvellement après 5 ans et amortissement de 25 ans.
  • La plupart des prêts de renouvellement avaient un taux fixe, un renouvellement après 5 ans et un amortissement de 11 à 20 ans.

Malgré les faibles taux d’intérêt, 68 % des emprunteurs ont opté pour un taux fixe, qui s’établissait en moyenne à 3,46 %. Le fait que 67 % des emprunteurs s’attendaient à voir les taux augmenter dans la prochaine année pourrait expliquer cette statistique.

Voici un aperçu détaillé des produits de financement obtenus récemment par les emprunteurs hypothécaires :

  Accédants à la propriété Acheteurs déjà propriétaires Emprunteurs ayant obtenu un prêt de refinancement
Prêt hypothécaire seulement 79 % 74 % 53 %
Prêt hypothécaire et marge de crédit hypothécaire* 13 % 18 % 24 %
Marge de crédit hypothécaire seulement* 6 % 7 % 19 %

*Ou « marge hypothécaire » : forme de crédit garanti où le prêteur utilise l’habitation de l’emprunteur comme garantie qu’il remboursera l’argent emprunté.

Parmi les acheteurs déjà propriétaires, 87 % ont indiqué que leur prêt hypothécaire existant était le seul qu’ils détenaient. Et selon 85 % d’entre eux, ce prêt visait leur résidence principale. Les personnes ayant obtenu un prêt pour une résidence secondaire visaient principalement deux objectifs :

  • acheter un immeuble locatif ou de placement (46 %);
  • acquérir une résidence secondaire destinée à être occupée par un enfant (20 %).

Parmi l’ensemble des emprunteurs hypothécaires, 48 % ont indiqué qu’ils seraient disposés à envisager une période de renouvellement plus longue à un taux fixe. Dans ce sous-groupe :

  • 29 % seraient disposés à accepter une augmentation de taux d’intérêt de 1 point de pourcentage;
  • 24 % ne pourraient accepter d’augmentation.

Examinons maintenant de plus près les marges hypothécaires :

La marge hypothécaire était inconnue de 32 % des accédants à la propriété.

Lorsqu’on leur a défini la marge hypothécaire et demandé s’ils en avaient une, 50 % des emprunteurs ayant refinancé ont répondu dans l’affirmative. Ce taux atteignait 27 % chez les accédants à la propriété et 41 % chez les acheteurs déjà propriétaires.

Voici les principales raisons pour demander une marge hypothécaire :

Accédants à la propriété Acheteurs déjà propriétaires Emprunteurs ayant obtenu un prêt de refinancement
  • Avoir le contrôle sur le montant que j’emprunte (58 %)
  • Emprunter quand je le veux (34 %)
  • Rembourser la marge de crédit à mon rythme (32 %)
  • Emprunter quand je le veux (47 %)
  • Taux d’intérêt (34 %)
  • Avoir le contrôle sur le montant que j’emprunte (33 %)
  • Emprunter quand je le veux (46 %)
  • Rembourser la marge de crédit à mon rythme (32 %)
  • Avoir le contrôle sur le montant que j’emprunte (31 %)

Les emprunteurs prévoient surtout utiliser leur marge hypothécaire comme filet de sauvetage ou fonds d’urgence (dépenses imprévues, frais funéraires, perte d’emploi).

Sans surprise, les récents changements aux règles sur l’admissibilité au crédit hypothécaire se répercutent sur les consommateurs. En tout, 6 % des répondants à l’enquête étaient locataires parce qu’ils n’étaient pas admissibles au crédit hypothécaire. Enfin, 3 % des répondants ont indiqué que c’est justement à cause des nouvelles règles qu’ils étaient locataires.

Parmi les accédants à la propriété, 40 % n’étaient pas au courant des récents changements aux règles sur l’admissibilité au crédit hypothécaire. Ce taux atteignait 29 % chez les acheteurs déjà propriétaires.

Les personnes touchées par ces changements ont dû modifier leur plan d’achat. La plupart ont choisi de diminuer leurs dépenses non essentielles.


Découvrez du contenu connexe en utilisant les mots-clés suivants :

Date de publication : 30 novembre 2018