L’Évaluation du marché de l’habitation (EMH) de la SCHL fournit une vue complète des vulnérabilités qui menacent la stabilité du marché de l’habitation. Ce cadre analytique examine 4 principaux facteurs : surchauffe, accélération de la croissance des prix, surévaluation et construction excessive.

Faits saillants du rapport EMH national – quatrième trimestre de 2018

  • Selon l’EMH, le degré de vulnérabilité globale du marché demeure élevé à l’échelle nationale. Toutefois, parce que la croissance des prix des habitations ralentit, les conditions de surévaluation s’atténuent dans l’ensemble du Canada.
  • Des signes de surévaluation sont toujours détectés à Vancouver, Victoria, Toronto et Hamilton. En revanche, les prix des logements se rapprochent des niveaux dictés par les facteurs fondamentaux du marché de l’habitation. Dans tous ces centres, le degré de vulnérabilité globale reste élevé.
  • Les signes de construction excessive sont toujours élevés à Edmonton, Calgary, Saskatoon et Regina. En conséquence, ces centres continuent de présenter un degré modéré de vulnérabilité selon l’évaluation globale.
  • Un degré faible de vulnérabilité globale est maintenu pour Ottawa, Québec, Moncton, Halifax et St. John’s. Dans ces centres, les prix des logements demeurent conformes aux facteurs fondamentaux.
  • À Montréal, le marché de la revente frôle la surchauffe, ce qui exerce de fortes pressions à la hausse sur les prix. Cette conjoncture fait suite à un resserrement marqué de l’écart entre l’offre et la demande.
  • Les résultats pour Winnipeg sont les plus notables. Les signes de construction excessive et le degré de vulnérabilité globale y sont passés de faibles à modérés. Ces changements s’expliquent par l’augmentation des stocks de logements achevés récemment et invendus.

Baisse des prix des habitations : plusieurs facteurs en sont à l’origine

Le premier fait saillant le souligne : parce que les prix des logements diminuent, la surévaluation s’atténue au Canada selon l’EMH. En effet, au deuxième trimestre de 2018, le prix MLS® moyen corrigé de l’inflation a reculé de 8,7 % par rapport au même trimestre de 2017. Quels sont les facteurs ayant contribué à cette baisse des prix?

Règles plus strictes de l’assurance prêt hypothécaire, hausse des taux d’intérêt et croissance réduite du revenu personnel disponible. Voilà les facteurs qui ont probablement fait fléchir la demande de logements et entraîné la baisse des prix des habitations. La diminution des ventes de maisons individuelles de prix élevé a aussi contribué à la baisse du prix MLS® moyen.

Enfin, le nombre de jeunes adultes a augmenté. Ces membres de la population sont en grande majorité des accédants à la propriété. Ainsi, nous pouvons dire que les prix des habitations sont plus en phase avec les facteurs fondamentaux.

Malgré cela, la surévaluation ne peut pas encore être jugée faible à l’échelle nationale. Pour ce faire, il faudra que la concordance entre les prix des logements et les facteurs fondamentaux s’améliore pendant 2 autres trimestres. La cote de surévaluation modérée est donc maintenue à l’échelle nationale pour l’instant.


Découvrez du contenu connexe en utilisant les mots-clés suivants :

Date de publication : 25 octobre 2018