La tendance nationale des mises en chantier d’habitations a augmenté en juin, sous l’impulsion du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé de logements collectifs dans les centres urbains qui a atteint en juin un sommet sans précédent. En particulier, le stock national de logements collectifs nouvellement achevés et invendus est demeuré inférieur à la moyenne historique sur dix ans jusqu’à maintenant en 2018, ce qui indique que la demande pour ce type de logements a absorbé l’offre accrue.

La tendance des mises en chantier d’habitations s’est chiffrée à 222 041 en juin 2018, comparativement à 216 701 en mai 2018. Cette tendance correspond à la moyenne mobile de six mois du nombre mensuel désaisonnalisé et annualisé (DDA) de mises en chantier d’habitations.

Faits saillants du mois de juin

Vancouver

La tendance des mises en chantier d’habitations était à la baisse en juin 2018, en raison du repli d’activité observé durant ce mois dans le segment des logements collectifs. Au premier semestre de 2018, le cumul annuel des mises en chantier correspondait à celui enregistré pour les six premiers mois de 2017. Depuis le début de 2018, les prix des habitations particulièrement élevés et la forte demande qui découle de l’accroissement de la population ont stimulé l’offre de logements, ce qui favorise le maintien du rythme élevé de la construction résidentielle dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Vancouver.

Victoria

À la mi-année, les mises en chantier d’habitations dans la région métropolitaine de Victoria étaient de 45 % supérieures au niveau enregistré en 2017, alimentées par le nombre considérable de mises en chantier de logements collectifs. Les mises en chantier de logements locatifs étaient deux fois plus élevées qu’au premier semestre de 2017 en réaction au faible taux d’inoccupation. Ailleurs, des catégories de logements relativement plus abordables dominaient dans le secteur de la construction résidentielle. Du côté des copropriétés, presque 60 % de plus qu’en 2017 étaient en construction en raison de leur abordabilité relative par rapport aux maisons individuelles, en baisse de 15 %. Dans la région métropolitaine, 44 % de la construction est concentrée à Langford, où les prix moyens sont généralement inférieurs. La construction de logements collectifs en propriété absolue avec entrée privée a également augmenté de 41 %, ce qui semble indiquer une densification.

Calgary

En juin, les mises en chantier d’habitations étaient à la baisse à Calgary en glissement annuel, mais en hausse de 8 % en cumul annuel par rapport à 2017. Le nombre de mises en chantier de maisons individuelles était égal à celui de l’année passée, alors que le nombre de logements locatifs commencés a été réduit de moitié. La hausse des mises en chantier d’habitations, toutes catégories confondues, a été alimentée par le marché des copropriétés. Le nombre de copropriétés commencées a augmenté de 36 % en cumul annuel par rapport à 2017.

Winnipeg

La tendance à la baisse des mises en chantier d’habitations s’est poursuivie en juin parce que le rythme des mises en chantier de maisons individuelles et de logements collectifs a ralenti par rapport au mois précédent. Après avoir enregistré de forts résultats en 2017, le total des mises en chantier d’habitations dans la RMR de Winnipeg a été modéré au premier semestre de 2018, en baisse de 32 % par rapport à l’année précédente. Le repli a été marqué davantage dans le segment des logements collectifs où la production jusqu’en juin 2018 a diminué de 38 % par rapport à la même période en 2017.

Province de Québec

Pour les six premiers mois de l’année, le rythme relativement fort de la construction résidentielle au Québec est attribuable au segment des immeubles d’appartements (locatifs et en copropriété). La conjoncture économique favorable, la diminution de l’offre sur le marché de la revente, ainsi que le vieillissement démographique ont chacun contribué à la hausse des mises en chantier.

Kingston

Les mises en chantier d’habitations à Kingston ont évolué à la hausse en juin étant donné qu’un nombre accru de logements collectifs, y compris d’appartements locatifs, ont été commencés. Les constructeurs ont mis en chantier un nombre plus élevé d’ensembles de logements locatifs au cours de quatre des six derniers mois, sous l’effet d’un taux d’inoccupation très faible (0,7 % à l’automne 2017), le plus faible parmi les 16 régions métropolitaines de recensement de l’Ontario.

Toronto

Principalement tirées par le segment des appartements, les mises en chantier d’habitations dans la RMR de Toronto ont évolué à la hausse pour atteindre en juin un sommet de presque deux ans. Alimentées par les appartements en copropriété, les mises en chantier ont enregistré un record de 30 ans pour le mois. La plupart de ces appartements ont été commencés uniformément dans la ville de Toronto, à Mississauga et à Vaughan, ce qui met en évidence l’étendue de la construction de tours d’habitation dans la RMR de Toronto.

Hamilton

En juin, le nombre d’appartements commencés a augmenté, ce qui a fait monter la tendance des mises en chantier d’habitations. À Hamilton, les mises en chantier d’appartements ont été très élevées en raison de la forte demande des accédants à la propriété, des ménages à la recherche d’un logement plus petit et des investisseurs dans le logement locatif. Étant donné le peu de logements abordables sur le marché de la revente, un nombre accru d’accédants à la propriété et de ménages à la recherche d’un logement plus petit ont acheté un appartement neuf en copropriété. Les investisseurs dans le logement locatif comptent tirer avantage des taux d’inoccupation extrêmement faibles dans la région.

St. Catharines

En juin, la tendance des mises en chantier d’habitations dans la RMR de St. Catharines était légèrement à la baisse. Néanmoins, les mises en chantier étaient près de 50 % supérieures à la moyenne sur dix ans. Le léger ralentissement est attribuable au segment des maisons individuelles, alors que tous les types de logements collectifs ont augmenté en juin. Les flux migratoires importants en provenance d’ailleurs en Ontario continuent d’alimenter la demande de logements neufs dans la région.

Kitchener-Cambridge-Waterloo

La tendance des mises en chantier d’habitations était à la hausse dans la RMR de Kitchener-Cambridge-Waterloo pour la première fois au cours des cinq derniers mois. Même si les mises en chantier de maisons en rangée ont poursuivi leur tendance à la baisse, la faible augmentation des mises en chantier de maisons individuelles a pu faire monter le total des mises en chantier. La faible reprise de l’emploi à temps plein et le resserrement du marché de la revente à la fin de 2017 ont soutenu le débordement de la demande des maisons individuelles du marché de la revente vers le marché du neuf.

Halifax

Après un début lent en 2018, la construction des logements collectifs a repris son rythme à Halifax en juin, le mois le plus fort jusqu’à maintenant cette année. Bien que les niveaux de construction demeurent élevés dans la péninsule de Halifax, la plupart des appartements ont été mis en chantier cette année en banlieue. La construction de maisons individuelles reste élevée, en hausse de 10 % en cumul annuel par rapport à la même période l’an dernier.



Date de publication : 10 juillet 2018