Dans le cadre d’une étude réalisée par la SCHL sur la manière d’utiliser au Canada des indicateurs internationaux du logement, nous avons examiné comment se comparent les mesures du surpeuplement utilisées aux États-Unis et à celles adoptées au Canada.

Aux États-Unis, le surpeuplement est estimé selon le nombre de personnes par pièce (PPP). Ainsi, on considère qu’un logement est surpeuplé s’il compte plus d’une personne par pièce et qu’il est gravement surpeuplé s’il y a plus d’une personne et demie par pièce.

Au Canada, le surpeuplement est estimé en fonction de la Norme nationale d’occupation. Cette norme tient compte de l’âge et du sexe des occupants, ainsi que des liens entre eux, dans la détermination du nombre de chambres nécessaires pour un ménage; ce nombre est ensuite comparé au nombre de chambres que compte le logement occupé par le ménage.

La SCHL a estimé le surpeuplement dans la population canadienne à partir des normes états-uniennes et canadiennes, et a obtenu les résultats suivants :

  • 559 980 ménages en situation de surpeuplement n’ont pas été dénombrés lorsque la norme états-unienne PPP était appliquée;
  • 223 810 ménages ont été recensés avec les deux normes;
  • 35 610 ménages supplémentaires ont été dénombrés lorsque la norme états-unienne PPP était appliquée.

La nette différence relevée entre les résultats obtenus par la norme états-unienne et ceux enregistrés avec la norme canadienne est attribuable au fait que la norme PPP ne tient compte ni de la composition des ménages (âge et sexe des occupants et nature des liens entre eux), ni des différents types de pièces du logement. Dans la norme PPP, le nombre total de pièces du logement entre dans le calcul, au lieu du nombre de chambres. La norme PPP ne reflète pas l’idée que l’on se fait généralement d’un logement surpeuplé dans la société canadienne.

 

Version texte

Sous-comptabilisés 559 980
Comptabilisés par les deux normes 233 810
Surcomptabilisés 35 610



Découvrez du contenu connexe en utilisant les mots-clés suivants :

Date de publication : 31 mai 2016