Logement des Premières Nations

Les programmes de logement et les initiatives de développement des compétances de la SCHL aident les communautés des Premières Nations à atteindre leurs objectifs en matière de logement et à améliorer l’ensemble de leurs conditions de vie.

  • Entretenir son habitation

    De l’information pour les membres des Premières Nations sur l’entretien des maisons, la qualité de l’air intérieur, la prévention des problèmes de moisissure et la sécurité incendie.

  • Apprendre des autres

    Apprenez comment des Premières Nations font les choses différemment et amènent des changements positifs dans leurs logements.

 

Penticton Indian Band: Des employés engagés. Une communauté plus forte.

Transcription

Bande indienne de Penticton

(Musique)

(Graphique à l’écran – logo)

(Texte à l’écran : Bande indienne de Penticton)

(Une voiture gravit la montagne en direction de la communauté)

(Texte à l’écran : Parlons de nos maisons - Leadership Nihkanatpatimok Pm8bagnaw8gan Ylmxwm)

(Chevaux sauvages dans la réserve, plantes devant la montagne)

(Entrevue dans le bureau du conseil de bande)

(Texte à l’écran : Tabitha Eneas, administratrice du service de logement de la bande indienne de Penticton)

La bande indienne de Penticton compte un peu plus d’un millier de membres, dont environ la moitié vit dans la réserve.

(Images du bureau de la bande, maisons dans la réserve)

La réalité est que la bande indienne de Penticton avait du mal à percevoir les loyers. Le taux de loyers perçus était inférieur à 40 %. Notre politique a pu être créée grâce aux renseignements et à l’appui que nous avons reçus de notre communauté.

(Tabitha devant la caméra)

Depuis que nous avons mis notre politique en place, notre taux de perception des loyers dépasse 95 %.

(Image d’un administrateur de la bande pendant une réunion)

(Entrevue à l’extérieur dans la montagne)

(Texte à l’écran : Greg Gabriel, administrateur de la bande indienne de Penticton)

(Images de membres de la bande effectuant des rénovations)

Tabitha et ses employés ainsi que le chef de bande et son conseil ont travaillé très dur pour élaborer des politiques et des procédures qui conviennent à notre programme de logement, qui couvre essentiellement tout l’éventail des éléments que l’on trouve habituellement dans un programme de logement.

(Tabitha devant la caméra)

Pour ce qui est de notre capacité de bien gérer notre politique, disons qu’il y avait des lacunes et certaines difficultés que je ne suis pas arrivée à surmonter.

(Images de maisons dans la réserve)

C’est moi qui ai eu l’idée de créer un poste d’adjointe au service du logement, et ma proposition a été appuyée par le conseil de bande.

(Intérieur du bureau du conseil de bande)

(Entrevue devant un foyer)

(Texte à l’écran : Andrea Watts, assistante au service du logement de la bande indienne de Penticton)

J’ai travaillé avec les gens sur une base individuelle, parce que tous n’ont pas les mêmes problèmes financiers. Dans les cas où nous arrivions à trouver des moyens pour qu’ils paient un peu, ici et là, les sommes étaient bel et bien payées.

(Images d’une assistante au travail, image de la communauté)

(Andrea devant la caméra)

En faisant beaucoup de suivi auprès des clients, nous créons chez eux une habitude de paiement qui donne d’assez bons résultats. Le stress financier n’est pas si grand pour eux.

(Images montrant Tabitha au travail)

Le rôle de gouvernance n’a pas changé depuis que nous avons mis en place notre politique, et je pense que c’est une bonne chose, car ce rôle n’est pas censé changer. Si quelqu’un ne reconnaît pas l’importance de notre politique, nous nous retrouvons avec un maillon faible.

(Images d’une réunion du conseil de bande)

Par conséquent, l’une des mesures prises par le conseil de la bande indienne de Penticton a été d’inviter tous les membres qui s’adressaient à lui à aller rencontrer le personnel du service du logement et à lire la politique.

(Belles images de la communauté, maisons dans la réserve)

(Greg devant la caméra)

Nous sommes aujourd’hui très impressionnés par le rôle de leader qu’a joué notre service du logement dans l’élaboration d’un programme de logement qui s’est avéré très efficace et efficient, et qui a été remarqué partout en Colombie-Britannique et dans l’ensemble du Canada.

(Images de montagnes défilant en accéléré)

(Logo de la SCHL à l’écran) (mot-symbole Canada)

(Fin de la musique)

Fin du programme

 
  • Notre collaboration avec les Premières Nations

    Notre collaboration avec les Premières Nations

    Par le truchement de la SCHL et d'Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC), le gouvernement verse chaque année environ 280 millions de dollars afin de répondre aux besoins en matière de logement des Premières Nations dans les réserves.

Canada

Partager...


Imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)