Le feuillet d’information suivant fait partie de la série générale Votre maison.

Comment entretenir vos pelouses et jardins en économisant l'eau

Durant les mois d’été, l’utilisation de l’eau des réseaux de distribution d’eau municipaux double. C’est la saison où les Canadiens sont à l’extérieur, arrosent leurs pelouses et jardins, emplissent leurs piscines et lavent leurs voitures. La demande d’eau atteint un sommet durant l’été, exerçant une pression sur les réseaux de distribution d’eau municipaux et augmentant les frais facturés aux contribuables et aux utilisateurs d’eau. Durant les périodes de faibles pluies, l’approvisionnement en eau diminue et certaines municipalités doivent imposer des restrictions quant à l’arrosage des pelouses et des jardins. Pour permettre à vos pelouses et jardins de supporter la sécheresse et minimiser le gaspillage d’eau, il suffit de suivre quelques conseils pratiques.

Conseils généraux

Le sommet qu’atteint la demande d’eau en été est en grande partie attribuable à l’arrosage des pelouses et des jardins. Souvent, l’arrosage est fait de manière inefficace, entraînant un gaspillage considérable résultant d’un arrosage excessif, de l’évaporation ou de l’écoulement. Voici quelques conseils généraux qui vous aideront à arroser en évitant le gaspillage :

  • Avant d’arroser, tenez toujours compte de la quantité d’eau que dame nature a déversée sur votre pelouse ou votre jardin durant la semaine précédente. Laissez un contenant à mesurer sur votre terrain de manière à pouvoir vérifier le niveau d’eau de pluie (videz-le une fois par semaine), et suivez les conseils ci-dessous qui vous aideront à déterminer la quantité d’eau que vous devez ajouter. N’oubliez pas également de vous conformer, s’il y a lieu, aux restrictions en vigueur dans votre municipalité.
  • Arrosez tôt le matin, avant 9 h, afin de réduire l’évaporation et le roussissement des feuilles par le soleil. Arrosez par temps calme pour éviter que l’eau ne soit emportée par le vent ou qu’elle s’évapore.
  • Situez votre arroseur ou votre tuyau de manière à éviter d’arroser les surfaces dures, comme votre voie d’accès pour automobile ou patio. Faire preuve de négligence en gaspillant l’eau, c’est aussi jeter de l’argent à l’eau.
  • Arrosez lentement pour vous assurer que l’eau ne s’écoule pas et soit absorbée par le sol.
  • Vérifiez régulièrement votre tuyau ou votre système d’irrigation afin de déceler les fuites ou les blocages.
  • Amassez l’eau de pluie qui s’écoule de votre toit dans un baril ou autre grand contenant, couvert d’une toile moustiquaire. Dirigez la descente pluviale de votre gouttière dans le baril ou le contenant.
  • Choisissez un système d’irrigation efficace. En disposant un tuyau poreux à la base des plantes, vous appliquez l’eau directement au sol, là où elle est nécessaire plutôt que sur les feuilles, ce qui réduit l’évaporation (voir la figure 1). Les systèmes d’irrigation dispensant des gouttelettes ou un filet d’eau sont très efficaces parce qu’ils arrosent lentement et acheminent l’eau directement aux racines sous la surface du sol, ce qui favorise leur approfondissement et améliore la résistance à la sécheresse de la plante. Si vous utilisez un arroseur, choisissez-en un muni d’une minuterie et qui arrose près du sol.


Figure 1 : Les tuyaux poreux irriguent le sol lentement et directement. Placez-les à la base des plantes.

Conseils pour votre pelouse

Une pelouse bien implantée1 a en général besoin d’environ 2,5 cm (1 po) d’eau par semaine pour bien pousser2. Si dame nature lui procure cette quantité de pluie, votre pelouse ne nécessitera pas d’arrosage supplémentaire. Lorsque la pluie ne fournit pas suffisamment d’humidité, votre gazon peut commencer à brunir. Cela ne signifie pas qu’il soit mort, mais tout simplement qu’il sommeille. Une pelouse bien implantée se rétablira et reprendra sa verdeur dès la prochaine pluie suffisante.

Pour économiser de l'eau et de l'argent sans compromettre le bon état de votre pelouse, mettez en pratique les conseils suivants :

  • Donnez-lui environ 2,5 cm (1 po) d’eau, pas plus d’une fois par semaine, et sautez une semaine après une bonne averse. Vous pouvez estimer la quantité exacte en plaçant une boîte de thon vide sur votre pelouse pendant que vous l’arrosez uniformément. Lorsque le niveau d’eau atteint le haut de la boîte, vous avez appliqué environ 2,5 cm (1 po) d’eau, ce qui est tout ce dont votre pelouse a besoin. En estimant le temps qu’il vous faut pour atteindre ce niveau, vous pourrez ensuite régler la minuterie de votre arroseur.
  • Arrosez à fond. Un arrosage en profondeur à cette fréquence est préférable à un arrosage plus fréquent en surface, parce qu’il favorise l’approfondissement des racines.
  • N’arrosez pas excessivement votre pelouse. Lorsqu’elle est détrempée, elle peut jaunir et développer des moisissures ou des maladies, et si le sol est très argileux, il absorbera moins bien l’oxygène et les minéraux. Un arrosage surabondant peut aussi occasionner une érosion du chaume et des fertilisants.
  • Vérifiez si votre municipalité impose des restrictions quant à l’arrosage.
  • Lorsque votre pelouse est sèche ou dormante, évitez d’y circuler inutilement et ne la tondez pas.
  • Ne coupez pas votre gazon trop court. Ajustez les lames de votre tondeuse à une hauteur d’au moins 6 à 8 cm (2,5 à 3 po) du sol, pour que les racines soient protégées du soleil et puissent mieux retenir l’eau.
  • Aérez votre pelouse une fois l’an, au début du printemps ou de l’automne, afin de permettre à l’eau de mieux pénétrer dans le sol. Épandez ensuite en surface une mince couche (max. 15 mm – 0,6 po) de matière organique que vous distribuerez également à l’aide d’un râteau. Vous pourrez ensuite réensemencer pour épaissir le gazon.
  • Un gazon épais et vigoureux supporte mieux la chaleur et la sécheresse et constitue la meilleure protection contre l’invasion des mauvaises herbes. Une pelouse en santé a besoin d’éléments nutritifs, comme l’azote. Le genre d’engrais et la fréquence des applications dépendront de plusieurs facteurs, dont le type de sol. En règle générale, une pelouse saine implantée dans un bon sol aura besoin d’environ ½ kg (1 lb) d’azote par 100 m² (1 075 pi2), par année. Laissez de l’herbe coupée au sol de manière à fournir de l’azote à votre pelouse, ce qui réduira aussi la perte d’humidité.
1 Le gazon nouvellement semé ou la tourbe nécessite plus d'arrosage.
2 La quantité d'eau requise dépend des conditions propres à chaque terrain, comme le type de sol.

Conseils pour vos arbres, arbustes et jardins d'agrément

Voici quelques conseils pour entretenir vos arbres, vos arbustes et vos jardins d'agrément en économisant l'eau :

  • Dirigez l’eau vers les racines. Dans le cas des arbres et arbustes, les racines qui absorbent le plus d’eau sont généralement situées dans les premiers 30 cm (12 po) de profondeur, et atteignent, même dépassent, la limite du feuillage qui se trouve directement sous les extrémités extérieures des branches.
  • L’arrosage des plantes varie selon leur stade de croissance. Gardez le sol humide durant la première saison de croissance. Une simple règle consiste à irriguer le sol à la base des arbres au moyen d’un tuyau poreux, pendant une heure au moins une fois par semaine, à moins qu’il ne tombe une bonne quantité de pluie, et plus fréquemment durant les périodes de grande chaleur. Diminuez l’arrosage à l’automne. À la deuxième saison de croissance, arrosez deux fois par mois à la fin du printemps et pendant l’été. Une fois bien implantés, les arbres qui ont été soigneusement sélectionnés ne devraient pas avoir besoin d’arrosage autre que la quantité d’eau fournie par dame nature; vous devez toutefois veiller à ce qu’ils reçoivent suffisamment d’eau durant les périodes de faibles précipitations ou de sécheresse. Les besoins réels en eau dépendent de facteurs comme le type de sol et l’espèce d’arbre.
  • Arrosez bien les plantes vivaces et les plantes grimpantes durant la première année de croissance suivant la plantation. Une simple règle consiste à irriguer le sol à la base des plantes au moyen d’un tuyau poreux, pendant une heure au moins une fois par semaine pour les trois premières semaines, à moins qu’il ne tombe une bonne quantité de pluie, et durant les périodes subséquentes de grande chaleur. Par la suite, les vivaces bien adaptées au site devraient survivre à la sécheresse sans arrosage supplémentaire ou moyennant un arrosage très limité. Si vous constatez que vos vivaces sont fanées ou sont en train de flétrir ou de brunir, arrosez-les jusqu’à une profondeur de 10 à 20 cm (4 à 8 po) pour les aider à retrouver leur forme et leur vigueur.
  • Disposez une couche de paillis d’environ 5 à 7,5 cm (2 à 3 po) de profondeur sur toute la surface du jardin pour maintenir le sol humide, modérer sa température, contrôler l’érosion et supprimer les mauvaises herbes. Vous pouvez, entre autres, utiliser des copeaux de bois, de l’écorce ou des pierres concassées.
  • Servez-vous d’un tuyau poreux installé à la base des plantes au lieu d’utiliser un arroseur. Cela vous permettra d’arroser le sol et les racines, plutôt que les feuilles, et réduira l’évaporation (voir la figure 1).
  • Le gazon situé sous vos arbres fait concurrence aux racines de l'arbre. Vous pouvez enlever le gazon et le remplacer par du paillis, ce qui favorisera la rétention d'eau.

Comment concevoir un jardin exigeant peu d'arrosage

Vous pouvez créer un jardin luxuriant et coloré comme celui de la figure 2, qui nécessite peu d’entretien ou d’arrosage, en mettant en pratique les sept principes du xéropaysagisme, une méthode d’aménagement paysager qui consiste à choisir des plantes dont les besoins en eau correspondent aux conditions climatiques locales. Bien que ces principes s’appliquent à n’importe quel jardin, ils vous seront particulièrement utiles si vous vivez dans une région où il y a de faibles précipitations ou des pénuries d’eau.


Figure 2 : Aménagement en xéropaysagisme

1 – Aménagez votre jardin en fonction de votre site et de vos besoins

Esquissez un plan de votre terrain comprenant les limites de votre propriété, les bâtiments, les allées et toutes les installations permanentes. Ajoutez-y arbres et arbustes, plates­-bandes, surfaces gazonnées, patios, terrasses, etc. (voir la figure 3). Prenez en considération les aspects particuliers de votre terrain en tenant compte du fait que vos plantes nécessiteront plus ou moins d’arrosage selon leur emplacement au soleil ou à l’ombre, sur une pente, dans un creux ou sur un terrain plat. La disponibilité de l’eau pour les plantes variera également selon le type de sol. L’eau s’infiltre dans les sols sablonneux, alors qu’elle est retenue par l’argile. Certains endroits étroits, comme les cours de côté entre deux maisons, peuvent être difficiles à arroser.

2 – Regroupez les plantes nécessitant la même quantité d'eau afin de rendre votre arrosage plus efficace

Les arbustes et les plantes vivaces devraient être regroupés dans des couches de paillis. Rassemblez également les arbres dans des couches de paillis au lieu de les disperser sur la pelouse. Vous réduirez ainsi la perte d’humidité et éviterez que vos plantes se fassent concurrence.

3 – Modifiez votre sol

Déterminez d’abord le type de sol que vous avez, et améliorez sa capacité de rétention d’eau en conséquence, en y ajoutant, par exemple, du compost ou un autre engrais organique.

4 – Déterminez la surface de votre pelouse en fonction de vos besoins

Préférez de grandes surfaces, qui rendront l’arrosage plus facile et plus efficace, à plusieurs surfaces petites ou étroites. Pour les endroits où vous désirez principalement développer l’aspect visuel, privilégiez les plantes nécessitant peu d’arrosage, les couvre-sols, les vivaces et les arbustes. Pour les allées où vous circulez fréquemment et les surfaces étroites, comme les espaces entre deux maisons, une couche perméable inerte constituée, par exemple, de copeaux de bois ou de pierre naturelle, ne nécessite pas d’arrosage.

5 – Choisissez des plantes bien adaptées aux conditions climatiques et aux particularités de votre site

Pour vous procurer des listes de plantes, consultez votre centre de jardinage local ou les ouvrages et les sites Web mentionnés à la fin de cet article. Il est important de bien connaître votre site, y compris le type de sol. Pour les endroits ombragés, choisissez des espèces tolérant l’ombre, ou songez à un jardin boisé. Dans les endroits ensoleillés, utilisez des espèces qui supportent la sécheresse et aiment le soleil, ou songez à un pré de fleurs sauvages. Privilégiez des espèces résistantes à la sécheresse (évitez le gazon) sur les terrains en pente où l’eau s’écoule rapidement, et des plantes aimant l’humidité dans les endroits creux. Pour une pelouse exigeant moins d’arrosage, choisissez l’espèce de gazon la mieux adaptée à la quantité de pluie que reçoit votre région. Vous trouverez sur le marché des mélanges de semences nécessitant peu d’entretien. Renseignez-vous auprès des producteurs de semences ou du centre de jardinage de votre localité. Pour plus d’information, consultez le feuillet documentaire de la série Votre maison de la SCHL intitulé Les pelouses à faible entretien.

6 – Utilisez du paillis

Reportez-vous à la section « Conseils pour vos arbres, arbustes et jardins d'agrément ».

7 – Utilisez un système d'irrigation efficace et entretenez votre jardin de façon adéquate

Suivez les conseils suggérés dans les sections précédentes.


Figure 3 : Exemple de xéropaysagisme avec pré et pelouse à faible entretien

Autres activités extérieures

L’arrosage des pelouses et des jardins n’est pas la seule activité extérieure qui contribue à l’augmentation considérable de la demande d’eau durant la saison estivale. Vous pouvez réduire votre facture d’eau et alléger la pression sur votre réseau de distribution d’eau municipal en mettant en pratique les conseils suivants :

  • Nettoyez les surfaces pavées, comme les entrées, à l’aide d’un balai au lieu d’utiliser de l’eau.
  • Servez-vous d’un seau et d’une éponge au lieu d’un tuyau d’arrosage pour laver et rincer votre voiture.
  • Couvrez votre piscine lorsque vous ne l’utilisez pas afin de réduire l’évaporation.

Références

Livres

Bennett, J. (1998). Dryland Gardening: A Xeriscaping Guide for Dry-Summer, Cold-Winter Climates. Willowdale, ON, Canada : Firefly Books.

Regional Municipality of Waterloo.(1990, Rev. 2002). Healthy Lawns and Gardens with Less Water. Waterloo, ON, Canada : Regional Municipality of Waterloo.

SCHL. (2000, Rév. 2005). Économiser l’eau chez soi. Ottawa, ON, Canada : SCHL.

SCHL. (2004). L’aménagement paysager chez soi – guide canadien. Ottawa, ON, Canada : SCHL.

Vert l’action. (1998). Économie d’eau dans le jardin. Ottawa, ON, Canada : Vert l’action.

Williams, S. (1997). Creating the Prairie Xeriscape: Water-efficient Gardening. Saskatoon, SK, Canada : University Extension Press, Extension Division, University of Saskatchewan.

Sites Web

Agriculture et Agroalimentaire Canada (juillet 2008)
Tapez “xéropaysagisme” dans le champ de recherche.

Environnement Canada – Les Solutions vertes (juillet 2008)

Environnement Canada – Utilisez l’eau judicieusement : conseils pour la saison estivale (juillet 2008)

Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario (juillet 2008)

Ville de Kamloops (juillet 2008) – en anglais seulement

Ville de Toronto (juillet 2008) – en anglais seulement

Canada

Partager...


Imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)