Nouveau site Web bientôt en ligne. Plus d’info iciFermer

Commercialisation de votre logement locatif

Tout propriétaire rêve du locataire idéal, celui qui paie toujours à temps son loyer, ne dérange pas ses voisins, ne se plaint pas, ne cause pas de conflits et quitte les lieux dans un meilleur état qu’ils ne l’étaient à son arrivée. Bien qu’un tel locataire soit peut-être impossible à trouver, la façon dont vous entretenez et commercialisez votre propriété influencera le type de locataires intéressés.

Pour commercialiser votre propriété de façon efficace, vous devez la distinguer des autres propriétés. Dans un marché locatif saturé, la publicité ne joue pas un rôle essentiel. Toutefois, lorsqu’un vaste choix de logements se présente aux locataires, vous devez leur démontrer en quoi votre propriété est supérieure aux autres. Est-elle plus récente, plus spacieuse, moins coûteuse, plus propre ou plus sûre que les logements similaires du secteur? Offre-t-elle de meilleurs appareils électroménagers et davantage de commodités par rapport au prix de location?

Une commercialisation efficace augmentera vos chances d’attirer le locataire idéal. Plus l’énumération des avantages de votre propriété est claire, plus les chances d’attirer les bons locataires sont élevées.

Où annoncer un logement locatif?

  • Apposez une pancarte « À louer » sur l’immeuble.
  • Placez une petite annonce dans les journaux et dans les publications spécialisées qui répertorient les logements locatifs. Les journaux communautaires ne sont pas non plus à négliger.
  • Si vous désirez attirer des étudiants, les bureaux du logement des universités offrent souvent un registre de logements gratuit.
  • Affichez une annonce sur les tableaux d’affichage des bibliothèques, des centres communautaires, des épiceries et des lieux de culte.
  • Dites à vos amis et aux membres de leur famille que vous cherchez des locataires.
Annoncez dans Internet
  • liste de diffusion Internet
  • babillards électroniques
  • sites Web canadiens spécialisés en inscription immobilière
  • sites Web des journaux communautaires (petites annonces)
  • sites Web centraux des collectivités, généralement dans la section des petites annonces

mise en garde

Lorsque vous payez pour afficher vos annonces en ligne, ne tenez pas compte des milliers ou des millions d’appels en fichier (« hit »). Les appels en fichier des pages Web peuvent être exagérés, trompant ainsi votre méthode de suivi. Demandez plutôt combien de visiteurs différents visitent chaque jour la section du site qui vous concerne. De plus, demandez combien il y a de visualisations complètes de pages sur le site chaque mois.

Trouver des locataires

Le marché d’un propriétaire qui désire louer un minuscule studio sera différent de celui qui loue un appartement spacieux de type penthouse offrant des avantages particuliers, un foyer ou une superbe vue, par exemple. Vous devez tenir compte du profil des gens que vous désirez atteindre; vous devez donc annoncer votre logement là où ils sont susceptibles de regarder.

Si vous louez un sous-sol relativement rudimentaire, vous avez de fortes chances d’intéresser les locataires prêts à accepter d’habiter un sous-sol contre un loyer mensuel moins coûteux. Les universités, les tableaux d’affichage des supermarchés locaux et les annonces dans les journaux communautaires sont sans doute les meilleurs endroits pour annoncer ce type de location.

Si vous désirez louer un logement en copropriété coûteux, annoncez-le là où les gens qui ont un revenu approprié pourraient chercher. Les journaux de logements en copropriété de la localité, les petites annonces des journaux économiques et le recours à un agent immobilier donneront les meilleurs résultats.

Si vous n’êtes pas certain de savoir où on cherche des logements, demandez-le! Parlez-en à plusieurs personnes dont le mode de vie s’apparente à celui des locataires potentiels.

Évaluer les locataires potentiels

Tous les propriétaires veulent trouver de bons locataires – ceux qui paient le loyer à temps et qui entretiennent bien leur logement. Trouver le meilleur locataire est parfois difficile lorsque le logement doit être loué dans un bref délai. Malgré les contraintes de temps pour mener à bien les visites du logement, la compilation et l’étude des demandes et la vérification des références, une décision irréfléchie peut finir par vous coûter cher. Si de mauvais locataires emménagent, vous perdrez peut-être de l’argent à cause des dommages et des conflits.

NoteFaites un choix judicieux

Si vous pouvez vous permettre les pertes associées à un logement inoccupé, prenez le temps nécessaire pour choisir le bon locataire.

Cherchez sérieusement un locataire potentiel avant de prendre toute décision finale. Exigez que les candidats remplissent une demande de location et procédez adéquatement à la vérification d’admissibilité des demandeurs avant d’accepter un nouveau locataire. Le respect de ces procédures est essentiel. Accepter des locataires sans vérifier ni analyser leurs renseignements peut compliquer une résiliation éventuelle du bail même si vous vous apercevez qu’ils ont fourni des renseignements erronés. Vous pouvez demander tous les renseignements que vous voulez à condition de ne pas porter atteinte aux droits des locataires potentiels. Vérifiez leur solvabilité par l’entremise d'un rapport d'une agence d'évaluation du crédit. Pour avoir accès à un rapport d’évaluation du crédit d’un locataire en perspective, vous devez être membre d’une agence d’évaluation du crédit.

NoteLes temps changent …

Auparavant, il était possible dans bien des endroits d’accéder à des renseignements allant au-delà des données financières de base par l’entremise d’une agence d’évaluation du crédit. Toutefois, dans plusieurs régions, ces données ne sont plus recueillies. Il existe cependant des services privés de vérification des antécédents des locataires qui fournissent des renseignements qui vont au-delà des données financières de base et qui servent à évaluer les locataires potentiels. Ces renseignements peuvent inclure les habitudes de paiement du loyer, les décisions judiciaires auprès des propriétaires, des sociétés de logements sans but lucratif et des agences de recouvrement ainsi qu’un outil d’évaluation.

Une fois les renseignements sur le crédit du nouveau locataire pris, essayez de découvrir de quel type de personne il s’agit. Demandez à ses anciens propriétaires des renseignements sur son caractère et ses habitudes de paiement du loyer. Entretenez-vous avec au moins deux ou trois de ses anciens propriétaires pour obtenir une meilleure idée.

Dans certaines provinces, les propriétaires peuvent accéder facilement aux renseignements compilés par les dossiers des greffes et les organismes de défense des droits des propriétaires. Un propriétaire qui doute d’un locataire peut faire appel à ces groupes pour obtenir plus de renseignements. Vous pouvez ainsi connaître les antécédents illicites d’un locataire et aident les propriétaires à obtenir de l’aide en cas de situation difficile impliquant un locataire. Les bureaux provinciaux peuvent aussi apporter de l’aide aux propriétaires qui connaissent des problèmes causés par un locataire. Ils peuvent également être en mesure de transmettre l’information aux greffes et aux organismes de défense des droits de votre région, le cas échéant.

Sélection des locataires

  • Vérifiez les antécédents en matière de crédit et les renseignements bancaires.
  • Confirmez la situation d’emploi du demandeur.
  • Vérifiez les antécédents du demandeur en matière de location et les expulsions passées, le cas échéant.
  • Vérifiez les registres judiciaires, le cas échéant.
  • Vérifiez les références du demandeur et communiquez avec deux ou trois de ses anciens propriétaires.

Respect des droits de la personne

Vous chercherez sans doute à en savoir le plus possible sur le locataire potentiel. Les législations provinciales et territoriales sur les droits de la personne interdisent toutefois de fonder la décision de louer sur les motifs suivants : la race, l’ascendance, le lieu d’origine, la couleur, l’origine ethnique, la citoyenneté, les croyances, le sexe, l’âge, l’état matrimonial, l’état civil, le handicap ou le statut d’assisté social.

Chaque province et chaque territoire dispose de sa propre législation sur les droits de la personne, qui énonce les questions que vous pouvez poser aux locataires potentiels et celles qui sont interdites. Vous vous dites probablement qu’il est acceptable de poser des questions personnelles afin de déterminer si le locataire convient, mais exiger des réponses comme condition de la location peut enfreindre les droits de la personne. Vous ne pouvez refuser de louer un appartement sur le fondement des motifs énumérés ci-dessus.

Bien que chaque province et chaque territoire ait ses propres règles, le tableau suivant donne certaines lignes directrices qui sont acceptées généralement partout au Canada.

À titre de propriétaire vous pouvez demander :  À titre de propriétaire vous ne pouvez pas demander : 

Vous pouvez poser des questions qui vous aideront à évaluer les qualités de locataire dans la mesure où elles ne portent pas atteinte à ses droits.

Quel est votre revenu? Où travaillez-vous?

Combien de personnes demeureront avec vous et quel est leur nom?

Avez-vous des animaux? Fumez-vous?

Pouvez-vous me donner une autorisation écrite signée qui me permette de vérifier votre crédit?

Pouvez-vous me fournir des références et leurs coordonnées actuelles?

Vous ne pouvez pas poser de questions qui portent atteinte aux droits accordés par le code des droits de la personne de votre province.

Pensez-vous avoir des enfants/d'autres enfants?

Quelle est votre origine ethnique, votre religion, votre orientation sexuelle?

Recevrez-vous la visite de votre famille?

Quel est votre numéro d'assurance sociale? Si vous ne me donnez pas votre NAS, je ne vous louerai pas l'appartement.

Êtes-vous marié, célibataire ou divorcé?

Canada

Partager...


Imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)