Le 1er avril 2016

Parmi les ménages vivant dans les petits centres urbains, environ un sur dix a des besoins impérieux en matière de logement

Environ 9,6 % des ménages évalués dans les 106 agglomérations de recensement (AR) étaient aux prises avec des besoins impérieux en matière de logement en 2013, contre 14,2 % des ménages vivant dans les régions métropolitaines de recensement (RMR). Ces données illustrent l'écart entre les frais de logement, qui sont moins élevés dans les petits centres. Les AR comptent de 10 000 à 50 000 habitants, tandis que la population des RMR est de 50 000 ou plus.

Les ménages habitant les AR de la Nouvelle-Écosse enregistraient la fréquence moyenne la plus élevée de besoins impérieux en matière de logement, et les ménages vivant dans les AR du Québec avaient la plus faible (voir la figure).

En 2013, 9,6 % des ménages canadiens vivant dans les petits centres urbains avaient des besoins impérieux en matière de logement

Pourcentage de ménages éprouvant des besoins impérieux en matière de logement dans les AR, Canada et provinces, 2013

Source : SCHL (indicateurs et données sur le logement fondés sur les résultats de l’Enquête canadienne sur le revenu de 2013)

Version texte
  Pourcentages de ménages ayant des besoins impérieux en matière de logement
Toutes les AR 9,6 %
Toutes les AR de la Nouvelle-Écosse 14,3 %
Toutes les AR de l’Île-du-Prince-Édouard 12,9 %
Toutes les AR de la Colombie-Britannique 11.8 %
Toutes les AR de la Saskatchewan 11,8 %
Toutes les AR de l’Ontario 10,4 %
Toutes les AR de l'Alberta 8,4 %
Toutes les AR de Terre-Neuve-et-Labrador 8,3 %
Toutes les AR du Nouveau-Brunswick 7,5 %
Toutes les AR du Manitoba 7,2 %
Toutes les AR du Québec 6,6 %

Canada

Partager...


Imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)