Isoler les planchers au-dessus d’espaces non chauffés

Mesure

Isoler et rendre étanche à l’air la sous-face des planchers exposés à des espaces non chauffés.

Application

Immeubles d’appartements avec garages non chauffés ou passages ouverts sous des espaces chauffés, ou dont le plancher d’un étage fait saillie sur le mur extérieur de l’étage en dessous.

Avantages

  • Amélioration des économies d’énergie.  
  • Réduction de la sensation de planchers froids.
  • Réduction des risques de gel des canalisations.
  • Élimination de la condensation et de la prolifération de la moisissure.

Éléments à considérer

  • Peu importe la quantité d’isolant thermique ajouté à la sous-face des planchers, les canalisations d’eau risquent de geler si elles sont exposées à l’air froid. Lorsqu’elles sont situées sous le plancher, les canalisations doivent être calorifugées et leur pare-air/pare-vapeur être complètement exempt de jeux ou de trous minuscules.
  • En cas de mise en œuvre d’isolant de fibre ou soufflé, employer un pare-air pour que l’ensemble soit tout à fait étanche à l’air.
  • Les soffites doivent être étanches à l’air. Les appareils électriques encastrés constituent une source de fuites d’air par les soffites; ils doivent donc être encloisonnés par un boîtier étanche â l’air, isolé et coté quant à sa résistance au feu.
  • La mousse à pulvériser permet d’obtenir d’un seul coup isolation thermique et étanchéité à l’air.

Mise en oeuvre

  • Retenir les services d’un expert en isolation thermique.
  • Choisir le type d’isolant d’après la construction du plancher.
  • L’isolant rigide ou l’isolant en mousse à pulvériser peut être posé directement sur la sous-face des dalles exposées, mais il doit être recouvert de plaques de plâtre.
  • De l’isolant de fibre ou à souffler peut être mis en oeuvre dans les cavités de l’ossature, pourvu que les fuites d’air fassent l’objet d’un contrôle.
  • L’épaisseur de l’isolant thermique dépend de facteurs économiques et de la présence de canalisations sous la dalle de plancher.
  • Lorsqu’il y a des canalisations, l’isolant thermique doit permettre de conserver les canalisations à une température d’au moins 5°C (41°F) par temps très froid.
  • Le plancher au-dessus d’un garage est sujet à des déperditions de chaleur supérieures à proximité de la porte de garage. L’infiltration d’air autour de la porte de garage occasionnera des déperditions de chaleur par le plancher au-dessus équivalant aux niveaux extérieurs jusqu’à une distance de 1 m (3 pi) de la porte.

Récupération de l’investissement

Le délai de récupération est en fonction :

  • du coût des matériaux.
  • de la construction du plancher.
  • de la difficulté de mettre en oeuvre de l’isolant thermique.
  • du type d’isolant.
  • du coût énergétique.
  • du climat.

Voici le délai de récupération simple qu’entraîne l’ajout d’isolant d’une valeur RSI 1,3 coûtant 8 $/m2 par-dessus un plancher non isolé :  

1 an pour les bâtiments chauffés à l’électricité.

3 ans pour les bâtiments chauffés au gaz.

Voici le délai de récupération simple associé à l’isolation de planchers comportant des solives ajourées, faisant appel à de l’isolant soufflé d’une valeur RSI 1,76 coûtant 24,75 $/m2 :

4 ans pour les bâtiments chauffés à l’électricité.

5 ans pour les bâtiments chauffés au gaz.

Ontario

Partager...


Imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)