Le feuillet d’information suivant fait partie de la série générale Votre maison.

Une habitation accessible dès la conception – les cuisines

La conception universelle

Des personnes de toutes tailles et de tous âges habitent et visitent nos résidences. Il s’agit tantôt d’enfants en bas âge, tantôt de personnes âgées dont les facultés et les habiletés changent constamment. Le temps passe, les enfants grandissent et nous vieillissons. Des ménages accueillent de nouveaux membres et leurs besoins en matière de logement évoluent. Une habitation conçue et construite en fonction des principes de la conception universelle sera plus sûre et mieux adaptée aux besoins des occupants d’âge et d’habiletés divers qui y vivent ainsi que leurs visiteurs.

Tout le monde apprécie une cuisine bien conçue, sécuritaire, spacieuse et ergonomique. Avant de concevoir une cuisine universellement accessible, il faut déterminer qui seront ses utilisateurs potentiels et prévoir leurs besoins.

L’encadré intitulé « Principes de la conception universelle », à la fin du document, résume les éléments clés de la conception universelle.

La conception d’une cuisine

Les gens exigent fonctionnalité, commodité et flexibilité quand il s’agit de concevoir une cuisine qui répond aux besoins de leur famille. Les grands principes de la conception universelle sont incorporés à de nombreux aspects de l'aménagement des cuisines, notamment en ce qui a trait aux appareils ménagers, aux armoires, à l’éclairage et aux revêtements de sols.

Le concept du « vieillissement sur place » gagne également en popularité. Grâce à des caractéristiques d'aménagement conformes aux principes de la conception universelle et du Bâti-FlexMC et à l’intégration de mesures de flexibilité et d’adaptabilité, l’utilité et l'ergonomie d’une cuisine s’améliorent, et les familles, les couples et les personnes peuvent demeurer dans leur maison et leur quartier à mesure qu’ils grandissent et vieillissent.

Facteurs de conception

Une cuisine de conception universelle allie confort et sécurité pour tous les membres de la famille. Elle tient compte de tous les éléments d'aménagement d’une cuisine :

  • situation dans la maison
  • emplacement des appareils ménagers et des aires de travail
  • revêtements de sols, de murs et de comptoirs
  • types d’éclairage
  • manières de réduire le bruit
  • utilisation globale des couleurs et de l’espace

Posez-vous les questions suivantes :

  • Êtes-vous cuisinier-gastronome ou préférez-vous réchauffer des plats préparés dans le four à micro-ondes?
  • Avez-vous une déficience qui influe sur la façon dont vous préparez la nourriture?
  • Y a-t-il normalement deux ou trois cuisiniers en même temps dans la cuisine?
  • Est-ce qu’un fournisseur de soins prépare la plupart des repas?
  • Avez-vous un enfant que vous devez surveiller tout en préparant les repas?
  • Est-ce qu’un endroit réservé aux devoirs près de la cuisine serait utile?

Il s’agit de facteurs importants qui vous aideront à déterminer les critères d’aménagement qui orienteront la conception de la cuisine. Il faudra également tenir compte des éléments suivants :

  • aménagement fonctionnel
  • espace de manœuvre
  • efficacité de l’effort
  • adaptabilité
  • facilité de nettoyage
  • niveaux d’audibilité
  • sécurité

Aménagement fonctionnel

Pour en arriver à un aménagement fonctionnel, il faut commencer par se poser des questions de planification d’ordre général, notamment tenir compte de l’emplacement de la cuisine dans la maison :

  • La cuisine se trouve-t-elle près de l’entrée principale?
  • Est-elle près de la salle à manger?
  • Les poubelles sont-elles faciles à sortir?

Autrefois, les concepteurs de cuisine cherchaient à créer un triangle de travail compact formé par l’évier, la cuisinière et le réfrigérateur. En réalité, il faut agrandir le triangle pour qu’il englobe toutes les aires de travail, ainsi que les poubelles et le lave-vaisselle. Si vous avez de la difficulté à vous déplacer dans la cuisine tout en transportant des objets, il est encore plus important de prendre en considération ces éléments supplémentaires pour définir le triangle de travail.

Une cuisine efficace qui maximise l’autonomie et la commodité constitue la pierre angulaire d’un aménagement bien conçu.

Pour aménager une cuisine fonctionnelle, il faut également un triangle de travail compact. Une série de mouvements logiques et routiniers définira la manière dont votre famille utilise la cuisine et vous aidera à concevoir une cuisine dont le triangle de travail répond à vos besoins.

Une cuisine en forme de « U » (voir la figure 1) peut s’avérer l’agencement le plus commode pour une ou deux personnes travaillant dans une cuisine, mais il est recommandé d’aménager une aire de travail accessible à l’extérieur du « U ».


Diagramme : DesignAble Environments Inc.
Figure 1 – Cuisine en forme de « U »

Un bloc-cuisine nécessite peu d’espace et offre parfois aux utilisateurs plus d’une entrée et sortie (voir la figure 2). Cependant, il oblige généralement une personne en fauteuil roulant à s’approcher de côté des comptoirs et des appareils ménagers et peut limiter le rayon de virage.


Diagramme : DesignAble Environments Inc.
Figure 2 – Bloc-cuisine

Une cuisine en forme de « L », avec ou sans îlot, procure plusieurs surfaces de travail, dont quelques-unes à l’extérieur du triangle de travail, ce qui permet aux personnes de s’activer sans se heurter (voir la figure 3).


Diagramme : DesignAble Environments Inc.
Figure 3 – Cuisine en forme de « L » avec îlot

Toutes les cuisines présentent différents parcours de circulation, dont quelques-uns sont utilisés fréquemment et d’autres ne servent qu’à l’occasion. Le parcours principal doit passer à l’extérieur du triangle de travail étendu. Il faut se rappeler que les portes du lave-vaisselle et du réfrigérateur peuvent se trouver en position ouverte lorsque les membres de la famille s’affairent dans la cuisine.

Un îlot crée des surfaces de travail supplémentaires, et on peut maximiser sa convivialité et sa commodité en y ajoutant un évier et une prise de courant.

Une poubelle et des bacs de recyclage bien situés et aux dimensions appropriées seront appréciés de tous en plus de contribuer à réduire l’encombrement de la cuisine. Envisagez d'utiliser un bloc de rangement pour ces contenants de telle sorte qu'ils puissent être dissimulés dans une armoire (sous l'évier par exemple) et ainsi maximiser l'utilisation de l'espace.

Pour les personnes à mobilité ou à agilité réduite, un chariot sur roues peut s’avérer utile pour transporter la nourriture de la cuisine à la salle à manger.

Rappelez-vous également de prendre en considération la hauteur des fenêtres. Les personnes en position assise devraient pouvoir regarder par les fenêtres et les manœuvrer facilement.

Il convient de réduire le nombre de portes donnant sur la cuisine. Si une porte s'avère nécessaire, elle doit avoir une ouverture libre minimale de 810 mm (32 po ), bien qu’une ouverture d’au moins 860 mm (34 po) soit préférable. Les portes d’une largeur de 915 mm (36 po) offrent généralement le dégagement nécessaire.

Espace de manœuvre

Dans le cas d’un aménagement conçu pour une personne qui se sert d’un ambulateur (« marchette ») ou d’un fauteuil roulant, on doit laisser un espace de manœuvre de 750 x 1 200 mm (30 x 47 po) devant les commandes, les aires de travail et les appareils ménagers. Cette aire de travail peut faire partie d’un espace de manœuvre minimal global de 1 500 x 1 500 mm (59 x 59 po) au sein du triangle de travail.

Les utilisateurs de fauteuils roulants motorisés, de triporteurs ou de quadriporteurs ont besoin d'un rayon de virage plus grand; l’espace de manœuvre minimal sera donc de 1 800 x 1 800 mm (71 x 71 po).

Efficacité de l’effort

Un aménagement qui permet un effort minimal est un principe important en conception universelle. Pour planifier une cuisine efficace, il faut tenir compte de son emplacement et de la relation entre tous les éléments principaux qui s’y trouvent. Par conséquent, les éléments semblables ou connexes seront regroupés au même endroit dans la cuisine.

Il est plus commode de vider le lave-vaisselle si la vaisselle et les verres sont rangés à proximité. La cuisson au four est plus facile à réaliser si les ingrédients se trouvent près de la surface de travail et du four. Après un repas, le nettoyage s’effectue plus aisément si la table se trouve près de l’évier, du lave-vaisselle et de la poubelle.

Pour assurer une flexibilité et une efficacité de l’effort, il convient de garder à l’esprit qu’il faut prévoir des options de rangement à des hauteurs variées.

Une planification qui vise à assurer l’efficacité de l’effort et à faciliter l’utilisation d'un lieu prévoit des caractéristiques comme l’augmentation de l’éclairage, un endroit qui permet de travailler en position assise, une aire de travail basse et le rangement du matériel à un endroit facile à voir et à atteindre.

D’autres aspects de la conception des cuisines en améliorent l'ergonomie :

  • des comptoirs continus qui permettent de glisser les casseroles, la vaisselle, etc.
  • des robinets mains libres
  • un four mural à la hauteur du comptoir
  • un four à convection et à micro-ondes de comptoir
  • des étagères ouvertes plutôt que des armoires fermées par des portes
  • un espace pour utiliser un chariot sur roues
  • un revêtement de sol souple plutôt qu’une surface dure.

Adaptabilité

La cuisine sera bien adaptée à ses utilisateurs si :

  • elle comprend des comptoirs réglables en hauteur;
  • elle est équipée d’un réfrigérateur dont la porte peut s’ouvrir à gauche ou à droite;
  • on installe des tablettes réglables dans les armoires et si
  • on prévoit des tiroirs plutôt que des armoires sous le comptoir.

Facilité de nettoyage

Lorsque vous envisagez l’achat d’appareils ménagers, de revêtements de sols et de comptoirs, n’oubliez pas de prendre en compte le fini des surfaces. Par exemple, les tables de cuisson en verre sont généralement plus faciles à laver, tandis que les appareils en acier inoxydable laissent des empreintes de doigts et requièrent parfois l’utilisation de produits de nettoyage spécialisés. Certaines surfaces de comptoirs nécessitent l’application annuelle d’un bouche-pores pour empêcher la formation de taches et la prolifération de bactéries.

Les produits de nettoyage pour la cuisine devraient être rangés dans des endroits faciles à atteindre, préférablement dans des tiroirs ou des paniers à roulettes. Si certains membres de la famille sont des enfants, des personnes qui ont la maladie d’Alzheimer, des personnes dont la mémoire est déficiente ou des personnes qui ont une déficience développementale, portez une attention particulière au rangement de ces produits et au danger qu'ils posent.

Niveau d’audibilité dans la cuisine

Il faut réfléchir à la manière dont les personnes sourdes ou malentendantes seront alertées par la sonnerie des minuteries ou les avertisseurs de fumée. On trouve sur le marché beaucoup d’appareils offrant l’information en deux formats différents (signaux visuels et sonores par exemple). Pour obtenir de plus amples renseignements à ce sujet, consultez la publication de la collection « Votre maison » de la SCHL intitulée Une habitation accessible dès la conception – les appareils.

Il faut faire des efforts afin de limiter les sources de bruit, en particulier lorsque des personnes malentendantes utilisent la cuisine. Les surfaces souples et absorbantes comme les revêtements de sols en liège peuvent réduire le bruit dans la cuisine. Il peut également être utile d’aménager un coin de travail tranquille hors de la cuisine pour les personnes qui ont des troubles d’apprentissage ou d’hyperactivité avec déficit de l’attention. Cela permet aussi de réduire le niveau d’affluence dans la cuisine.

Sécurité

Dans une cuisine, il est important de mettre la sécurité au premier plan. Il est conseillé d’éviter les carpettes et les petits tapis non seulement parce qu’ils peuvent faire trébucher, mais également parce qu’ils constituent un obstacle pour de nombreuses personnes qui utilisent des aides à la mobilité.

Dans certains cas, il est plus sûr de limiter l'accès aux appareils ménagers dans la maison, par exemple lorsqu’un membre de la famille a la maladie d’Alzheimer ou une autre forme de démence. Si c’est le cas, songez à installer un interrupteur prioritaire devant être activé pour qu’un appareil ou une prise de courant puisse être utilisé dans la cuisine. Installez l’interrupteur dans un endroit inaccessible aux personnes qui sont susceptibles de se blesser.

Il pourrait être utile de fournir une surface murale pour installer un babillard. Même s’il s’agit d’un outil utile pour tout le monde, il s’avère particulièrement avantageux pour les personnes dont la capacité cognitive change ou pour celles qui perdent la mémoire, car il permet d’afficher des rappels et des avis de sécurité.

Prévoyez un accès facile à l’eau, à un extincteur d’incendie et à un robinet d’arrêt du gaz, en cas de situation d’urgence.

Caractéristiques de conception

Voici les caractéristiques principales d’une cuisine de conception universelle :

  • comptoirs
  • armoires, tiroirs et garde-manger
  • éviers et zones de nettoyage
  • aires de préparation des repas
  • interrupteurs et commandes
  • revêtements de sols
  • éclairage

Comptoirs

Les comptoirs sont généralement installés à 920 mm (36 po) de hauteur, mais un comptoir à 860 mm (34 po) de hauteur est plus commode pour les enfants, les personnes de petite taille, ainsi que celles en fauteuil roulant. Si l'utilisateur d'un fauteuil roulant est un enfant ou une personne de petite taille, elle pourrait apprécier un comptoir ou une aire de travail à 730 mm (29 po) de hauteur.

Bien que l’installation de comptoirs à diverses hauteurs constitue un élément valable de la conception universelle pour répondre aux besoins des personnes dont la taille et les capacités d’atteinte diffèrent (voir la figure 4), il ne faut pas oublier qu’un lave-vaisselle exige que le comptoir soit à une hauteur minimale de 920 mm (36 po); la hauteur du comptoir doit donc être étudiée soigneusement à cet endroit. L’adaptabilité peut également être obtenue par l’installation de comptoirs motorisés à hauteur réglable, lesquels sont offerts par un certain nombre de concepteurs de cuisines novateurs.


Diagramme : DesignAble Environments Inc.
Figure 4 – Surface de travail de faible hauteur

Un dégagement de 100 mm (4 po) sous les armoires permettra à une personne qui se sert d’une aide à la mobilité de s’approcher très près du comptoir. Un dégagement plus élevé a l’avantage de relever la tablette du bas d’une armoire ou un tiroir sous le comptoir, ce qui rapproche d’autant plus les objets de l’utilisateur.

Une surface de travail dégagée à proximité de tous les appareils principaux doit être aménagée pour permettre à la personne de déposer la nourriture ou les plats qu’elle sort du réfrigérateur, du four ou d’une armoire.

La cuisine doit comporter plusieurs surfaces de travail. Pour répondre aux besoins d’une personne assise, au moins une surface ayant au minimum 800 mm (31 po) de largeur x 600 mm (24 po) de profondeur doit être placée à une hauteur se situant entre 730 et 860 mm (29 et 34 po), avec une aire dégagée minimale de 750 x 1 200 mm (30 x 47 po) sur le devant.

Les personnes qui ont une vision réduite doivent éviter les surfaces de comptoirs dont le motif est trop chargé, et bon nombre préfèrent une couleur unie qui contraste avec les appareils ménagers et la vaisselle. Certaines personnes choisissent une bordure de couleur contrastante pour leur comptoir afin de mieux percevoir le rebord (voir la figure 5).


Figure 5 – Un contraste visuel est créé par la couleur foncée des comptoirs et par les différentes teintes untilisées pour les armoires, les carreaux de céramique et le revêtement de sol

Un dosseret de couleur contrastante peut également permettre aux personnes qui ont une vision réduite de mieux déterminer l’étendue et l’agencement des comptoirs.

Un comptoir à rive ou à nez arrondi accroît la sécurité en éliminant le danger que représentent les angles aigus.

Armoires, tiroirs et garde-manger

Le rangement des objets semblables dans une même armoire où ils sont faciles à trouver est apprécié tout particulièrement par les personnes à mobilité réduite ou ayant une déficience visuelle.

Un grand garde-manger muni de portes basculantes ou de grands tiroirs permet de ranger les aliments et les condiments de façon à ce qu’ils soient faciles à atteindre à une variété de hauteurs (voir la figure 6).


Photo : Betty Dion
Figure 6 – Garde-manger avec tablettes mobiles et portes pivotantes

Le bord inférieur des armoires hautes devrait se trouver à 410 mm (16 po) au-dessus du comptoir, plutôt qu’à la hauteur habituelle de 460 mm (18 po), et ce, pour permettre à une personne assise d’atteindre la tablette du bas. Les armoires ne doivent pas être installées plus basses que 410 mm (16 po) au-dessus du comptoir puisque cela réduit l’espace de rangement pour les appareils de comptoir.

Il existe des ensembles d’armoires hautes pouvant être montées ou descendues par voie électrique. De plus, des étagères et des bacs peuvent être installés dans les armoires existantes et peuvent être complètement tirés et abaissés, ce qui augmente la commodité des armoires hautes pour tous (voir la figure 7).

L’installation dans les armoires basses de tiroirs pouvant être tirés au grand complet est une excellente approche puisqu’elle permet de voir et d’accéder au contenu facilement. Une autre stratégie de rangement accessible consiste à utiliser une série de petits et de gros tiroirs plutôt que des armoires. Les armoires et les tiroirs doivent être dotés de poignées en « D » pour en faciliter l’utilisation par les personnes ayant une agilité ou une mobilité réduite (voir la figure 8).

Des tiroirs et des armoires qui s’opèrent d’un simple toucher sont accessibles à tous, y compris aux personnes à dextérité manuelle limitée.

Les personnes ayant une déficience visuelle peuvent préférer des poignées d’une couleur qui contraste avec celle de l’armoire ou du tiroir. Une couleur contrastante à l’intérieur des tiroirs et des armoires peut également avoir pour effet d’augmenter la visibilité pour les personnes dont la vision est limitée.

Un tiroir ou une tablette coulissante sous un four mural ou un four à micro-ondes muni d’une porte à ouverture latérale peut servir de surface résistant à la chaleur. Cela réduit la nécessité de transporter des casseroles chaudes, en plus d’offrir un endroit où faire refroidir des aliments chauds avant de les déplacer. Ces tiroirs et étagères offrent une surface de travail supplémentaire dans des petites cuisines (voir la figure 9).


Figure 7 – Les armoires supérieures possèdent des étagères abaissables pour donner accès à leur contenu

Figure 8 – Les poignées en forme de D des tiroirs sont facile à saisir ou aggriper

Figure 9 – Une tablette escamotable placée sous le four peut servir à placer des ustensiles ou des aliments à mettre à cuire

Figure 10 – Cuisine accessible dotée de portes d’armoire qui ouvrent sans gêner le dégagement pour les genoux sous l’évier

Figure 11 – Robinet avec tuyau d’arrosage rétractable

Un garde-manger dont les portes s’ouvrent complètement, à l’aide de charnières 180°, permet à tous les membres de la famille de voir et d’atteindre facilement le contenu des étagères. De plus, le fait de prévoir un éclairage intérieur ajoute à la visibilité lorsque les personnes cherchent des articles dans un garde-manger et une armoire.

Les membres du ménage qui ont des intolérances alimentaires devraient réserver un endroit précis dans le garde-manger et sur les aires de travail pour conserver et apprêter leurs aliments préférés.

Si un membre du ménage subit des changements au chapitre de ses capacités cognitives ou a des pertes de mémoire, on peut songer à installer un système de rangement ouvert ou des armoires avec portes en verre. Pour bon nombre de personnes, la possibilité de voir le contenu des étagères et des armoires peut faciliter l’utilisation de la cuisine.

Éviers et zones de nettoyage

Deux zones munies d’un évier devraient être envisagées dans les cuisines achalandées et celles où plusieurs personnes travaillent à des hauteurs différentes.

Il n’est pas recommandé de placer un évier accessible dans un coin puisque cela restreint l’accès aux espaces contigus et limite l'utilisation des comptoirs.

Lorsqu’un évier sera utilisé à partir d’une position assise, on recommande la pose d’un évier peu profond dont la tuyauterie est décalée vers l’arrière. Cela autorise un espace suffisant pour les genoux et garde les tuyaux à l'écart, éliminant ainsi le risque de brûlure sur les jambes. Les tuyaux peuvent aussi être isolés plutôt que décalés.

La continuité visuelle des armoires de cuisine peut être maintenue à l’aide de portes d’armoires sous l’évier qui , lorsqu'elles sont ouvertes, peuvent être glissées sous le comptoir afin de créer un espace pour les genoux (voir la figure 10). Un évier accessible doit offrir un espace de dégagement pour les genoux de 750 mm (30 po) de hauteur, de 800 mm (31 po) de largeur et de 600 mm (24 po) de profondeur pour permettre à une personne en fauteuil roulant d’accéder à l’évier.

Un robinet à levier unique ou à détecteur de mouvement offre le plus de commodité. Un robinet à levier et un tuyau d’arrosage rétractable s’avèrent commodes pour tout le monde, surtout si un distributeur de savon est incorporé au robinet (voir la figure 11). Un tel concept fournit souplesse et facilité d’utilisation à tous les membres de la famille. Il convient d’éviter les robinets de type col de cygne puisqu’ils tendent à éclabousser de façon excessive.

Aires de préparation des repas

Une aire de travail accessible intégrée à la cuisine avantage particulièrement les personnes qui travaillent assises. Elle sera d’autant plus efficace et commode si elle facilite la préparation des repas en fournissant un accès facile aux accessoires dans un même endroit de la cuisine. Une aire de travail accessible est aussi appréciée par les enfants qui veulent participer aux activités dans la cuisine.

L’aire de travail doit comprendre au moins un comptoir accessible ou une étagère coulissante, du rangement accessible à portée de la main, ainsi qu’une prise de courant et un évier.

Elle doit également comporter un éclairage spécifique si on prévoit en faire l’aire de travail principale.

Interrupteurs et commandes

Des prises de courant doivent se trouver à portée de la main d’une personne assise et des personnes à capacités d’atteinte réduites, ainsi qu’être situées stratégiquement devant les comptoirs (voir la figure 12). Cependant, on doit les placer hors de portée des enfants et, par mesure de précaution supplémentaire, envisager d’installer un interrupteur prioritaire.

D’autres commandes et interrupteurs, y compris l’interrupteur de la hotte de cuisinière située au-dessus de la table de cuisson, doivent se trouver à une hauteur maximale de 1 200 mm (47 po) du sol.

Les commandes et les interrupteurs doivent être faciles à utiliser. Évitez les commandes dont le fonctionnement exige deux mouvements afin qu’une personne qui n’a l’usage que d’un bras puisse les actionner d’une seule main, et ce, qu’elle soit en fauteuil roulant, qu’elle tienne un enfant, qu’elle n’ait qu’un seul bras ou qu’elle se serve d’une canne.


Photo : Betty Dion
Figure 12 – La hotte de certaines cuisinères et tables de cuisson peut être actionnée avec des commandes montées sur le comptoir ou une télécommande, plus accessibles que les commandes montées sur la hotte même

Revêtements de sols

La durabilité, la facilité de nettoyage, le confort et une surface antidérapante sans danger sont les principaux éléments à considérer au moment de choisir un revêtement de sol. La résistance au glissement des revêtements de sols doit être évaluée non seulement lorsqu’ils sont secs, mais également lorsqu’ils sont mouillés.

Évitez les revêtements de sol cirés ou en marbre puisqu’ils sont glissants, surtout lorsqu’ils sont mouillés. Le liège constitue une solution de rechange intéressante, car il s’agit d’un revêtement de sol souple, confortable et sur lequel il est facile de rouler. Le revêtement de vinyle est offert sous forme de feuilles ou de carrelages et exige peu d’entretien, mais il doit être installé sur une surface en contreplaqué. Par conséquent, il y aura des émissions provenant de la colle, du vinyle et du contreplaqué. Néanmoins, des colles à faible émission sont maintenant disponibles.

Les carreaux de céramique présentent une surface plus dure, mais facile à nettoyer, et sur laquelle il est facile de rouler.

Si une personne dans le ménage a tendance à échapper des objets ou à tomber, assurez-vous de choisir un revêtement de sol souple tel que le vinyle coussiné ou le liège.

Quel que soit le type de revêtement de sol choisi, assurez-vous qu’il est installé à égalité avec le revêtement adjacent afin d’éviter de créer une dénivellation.

Éclairage

L’éclairage ambiant crée un niveau de luminosité égal dans l’ensemble de la cuisine. Un éclairage fluorescent offre le plus de lumière diffuse et réduit l’éblouissement. Les niveaux de luminosité devraient être réglables et complétés par un éclairage spécifique dans les aires de travail principales, ainsi que dans les zones de travail particulières et les îlots.

Il faut noter que les personnes de plus de 60 ans ont besoin de deux à trois fois plus de lumière pour lire que les personnes de 20 ans. Les personnes ayant une déficience visuelle peuvent nécessiter encore plus de lumière. Un système d’éclairage posé à l’intérieur du garde-manger et des armoires, ainsi qu’un éclairage spécifique placé sous les armoires au-dessus du comptoir seront utiles pour tous, mais surtout pour les personnes ayant une vision restreinte.

Dans la mesure du possible, tirez profit des possibilités de maximiser la lumière naturelle, tout en évitant l’éblouissement. Bon nombre de personnes ayant une déficience visuelle préfèrent les traitements de surface anti-éblouissement et une peinture de finition matte puisque ces finis réduisent l’éblouissement et renforcent la luminosité ambiante.

Glossaire

Bâti-FlexMC
Méthode pratique de concevoir et de construire des habitations permettant aux résidents de transformer l’espace en fonction de leurs besoins changeants.
Charnières 180°
Charnières de portes qui permettent une ouverture complète de la porte en la laissant s’ouvrir à plat sur la surface adjacente.
Comptoir réglable en hauteur
Comptoir qui peut être monté ou descendu, rendant accessibles l'évier, la table de cuisson et les armoires aux personnes assises, qu’elles soient de petite ou de grande taille.
Éclairage ambiant
Éclairage global d’un milieu intérieur par l’utilisation de lampes, de plafonniers, du soleil et de toute autre source de lumière existante.
Éclairage spécifique
Éclairage que l’on peut faire converger et qui est généralement employé pour augmenter l’éclairage au-dessus des niveaux ambiants.
Interrupteur prioritaire
Caractéristique de verrouillage qui prévient l’activation accidentelle d’un appareil ménager ou empêche d’y pénétrer. La désactivation du verrouillage n’entraîne pas la mise en marche de l’appareil : elle permet simplement à l’utilisateur de suivre les étapes normales pour l’activer ou y accéder.
Revêtement de sol souple
Revêtement de sol qui a une surface relativement ferme, mais qui reprend son profil original après avoir été comprimé.
Surface résistant à la chaleur
Matériau qui résiste fortement à la chaleur qui y pénètre et qui ne brûle pas.
Triangle de travail
Espace qui relie les trois aires de travail principales d’une cuisine : zone de nettoyage (évier), aire de cuisson (cuisinière ou table de cuisson) et aire de rangement froide (réfrigérateur).
Vieillissement sur place
Capacité de demeurer dans sa maison en toute sécurité, de façon autonome et confortable, quels que soient l’âge, le revenu ou les habiletés de la personne tout au long de sa vie.

Principes de la conception universelle

Par conception universelle, on entend :

« La conception de produits et d’environnements qui peuvent être utilisés par toutes les personnes, dans la plus grande mesure possible, sans devoir recourir à des adaptations ou à des conceptions spécialisées. »

Ce concept est une philosophie en constante évolution.

Principe 1 – Utilisation équitable

Le principe consiste à donner un accès équitable à tous, d’une manière digne et intégrée. Il implique une conception qui plaît à chacun et qui procure un même niveau de sécurité à tous les utilisateurs.

Principe 2 – Flexibilité de l'utilisation

Ce principe suppose que le concepteur de l’habitation ou du produit a tenu compte d’une vaste gamme de préférences et d’habiletés individuelles pour la totalité du cycle de vie des occupants.

Principe 3 – Simplicité et intuitivité

L’aménagement et la conception de l’habitation et des appareils doivent être faciles à comprendre, peu importe l’expérience ou la capacité cognitive de l’utilisateur. Ce principe nécessite donc que les éléments de conception soient simples et qu’ils fonctionnent de manière intuitive.

Principe 4 – Perceptibilité de l'information

La diffusion d’information au moyen d’une combinaison de modes différents, qu’ils soient visuels, auditifs ou tactiles, permettra à chaque personne d’utiliser les éléments de l’habitation de manière efficace et en toute sécurité. Ainsi, ce principe encourage la transmission d’information faisant appel à tous les sens, tels que la vue, l’ouïe et le toucher, au moment d’interagir avec le milieu.

Principe 5 – Tolérance à l'erreur

Ce principe comprend une certaine tolérance à l’erreur qui minimise la possibilité d’obtenir des résultats indésirables. Il faut donc que le concepteur prévoie des caractéristiques à sécurité intégrée tenant compte des différentes façons dont toutes les personnes peuvent se servir de l’espace ou du produit en toute sécurité.

Principe 6 – Effort physique faible

Ce principe consiste à limiter la force, la résistance et la dextérité requises pour accéder aux espaces ou utiliser les commandes et les produits.

Principe 7 – Dimensions et espaces pour l'approche et l'utilisation

Ce principe vise l’espace nécessaire pour accéder aux lieux, à l’équipement et aux commandes. Les dimensions et les espaces calculés par le concepteur doivent donc permettre à tous les membres de la famille et aux visiteurs d’atteindre, de voir et de faire fonctionner tous les éléments de l’habitation, et ce, en toute sécurité.

Dernière révision : 2014.

Canada

Partager...


Imprimer(ouvre dans une nouvelle fenêtre)